Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed molestie scelerisque ultrices. Nullam venenatis, felis ut accumsan vestibulum, diam leo congue nisl, eget luctus sapien libero eget urna. Duis ac pellentesque nisi.

Monseigneur Gabriel Florent de Choiseul-Beaupré: Evêque seigneur et gouverneur de Mende, comte du Gévaudan, conseiller du roi en tous ses conseils. 76 ans en 1764.
Evêque de Mende à partir de 1723, il a entrepris de grands travaux pour soulager les misères du Gévaudan et faire revivre l’élevage et l’industrie textile.
Par son mandement de janvier 1765 il est considéré comme un initiateur de la légende de la bête du Gévaudan. Il meurt le 7 juillet 1767, 18 jours après la destruction de la seconde bête par J. Chastel.

M. Etienne (de) Lafont (certain lui donne la particule) (1704-1779) 60 ans en 1764, Subdélégué à Mende de l’Intendant du Languedoc et Syndic des Etats du Gévaudan nommé à ce poste par l’Evêque et les Etats du Gévaudan le 7 mars 1749, il gardera cette fonction jusqu’à sa mort.

Avocat au parlement de Toulouse.

Très tôt impliqué dans l’affaire de la bête du Gévaudan, il s’emploie avec la plus grande énergie à organiser des chasses et des battues d’abord avec les chasseurs de la région de Langogne puis de Mende et de Marvejols et avec le comte de Morangiès.

Il suit avec la plus grande attention les chasses du capitaine Duhamel puis celles de Denneval et celles d’Antoine. Ses relations avec Duhamel puis avec Antoine seront excellentes. Ses relations avec Denneval d’abord extrêmement tendues deviennent ensuite réservées.

De 1766 à juin 1767, il poursuit son action contre l’animal qui continue à frapper le Gévaudan après le succès contesté d’Antoine à l’abbaye des Chazes. Il est assisté dans cette tâche par ses deux frères Jacques et Trophime.

M. de Ribes, syndic d’Alais
M. de Courbières, bailli et premier magistrat de la ville de Mende.

Langogne
Seigneur prieur : Dom Pierre Ambroise de Fleury, depuis 1745 (mort en 1766)
Le prieuré Bénédictin de Langogne comprend environ 12 religieux.
Curé : M. Brenguière
Le curé de Langogne est assisté d’un vicaire. Curé et vicaire sont nommés par le prieur et reçoivent la juridiction de l’évêque.
Plusieurs chapelains (maximum huit) desservent les chapelles.

Du Fayet : Prieur curé de St Jean la Fouillouse
d’Aubignac : Prieur curé de Rocles
Jean Borbal : Prieur curé de Fontanes

Noblesse du Gévaudan
Comte Pierre Charles de Morangiès: (1706 1774) 58 ans en 1764, est une des figures les plusimportantes de la noblesse du Gévaudan.

Lieutenant Général, chevalier de Saint-Louis, ancien chef d’escadron à Fontenoy (1745).
Marié à la Marquise de Chateauneuf de Randon en 1726, il devient baron du Tournel et d’Allenc. Il achète la baronnie de Canilhac en 1746 et transfère le titre à St Alban. Seigneur de nombreuses paroisses de Chasseradès et Belvezet jusqu’en Valdonnez, de villefort à Prévenchères, Serverette, Bois du Mont et St Alban.

Père de 6 enfants. Il réside au château de Morangiès à St Alban.

Homme de grand prestige, digne et respecté, dévoué au bien public, orgueilleux, sectaire et
coléreux. Il entretient de bonnes relations avec le contrôleur général M. de Laverdy;

Il dirige les chasses dans la région de St Alban organisées en octobre 1764 sur l’initiative de M. Lafont avant l’arrivée du capitaine Duhamel et de ses dragons début novembre.

Il aurait aimé être placé à la tête des chasses après le départ de Duhamel.

Par son intrigue il participera au renvoi de Denneval mais il n’obtiendra jamais la responsabilité des chasses.