Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed molestie scelerisque ultrices. Nullam venenatis, felis ut accumsan vestibulum, diam leo congue nisl, eget luctus sapien libero eget urna. Duis ac pellentesque nisi.

M. de Lachadenède : Syndic du Vivarais à Aubenas, le domaine de la Chadenède serait situé ausud de Villeneuve de Berg et de Voguë, à proximité de Lagorce.

M de Laforest : subdélégué du Vivarais


M. Jean Bruno Frévol de Lacoste, (1728-1808), natif de Pradelles. Ecuyer, Seigneur de Lacoste, de Nau les SouilsFrevol1 et autre lieux de la région.
Carrière militaire de 1745 à 1752. Il participe à la guerre de succession d’Autriche au cours de laquelle il est grièvement blessé. En 1752, il est capitaine d’infanterie, il donne sa démission. En 1754 il achète la charge de Gouverneur pour le roi en la ville de Pradelles.

Cette charge était vacante depuis sa création en 1733, il l’achète pour la somme de 2244 livres droits compris.

En 1764, il est Gouverneur de Pradelles et de Langogne chargé de mission de police et de l’ordre.

Dès sa nomination en 1754, il assiste au passage de la troupe de Mandrin à Pradelles..
En 1764, année où apparaît la bête du Gévaudan, il réussit à disperser une bande de malfaiteurs qui trouble la sécurité publique entre Saugues et Langogne. La même année, prévenu par le marquis de Lemps, il se met à la tête d’un détachement militaire et disperse une bande de brigands qui menace de pillages et d’assassinats la région de l’abbaye des Chambons. Pour sauvegarder l’abbaye, il installe aux Chambons, un poste de surveillance comportant 6 soldats.

Ses correspondances avec le subdélégué d’Aubenas et avec M. de Moncan de début septembre 1764 sont les premiers écrits que nous connaissons sur l’affaire. Il se porte volontaire pour se placer à la tête des troupes à la poursuite de la bête dans la région de Pradelles. Cette demande est restée sans réponse.
Frevol2Plus tard, en janvier 1769, il est chargé par le roi de ‘’commander dans les villes de Pradelles, Langogne Largentière et Joyeuse et dans les montagnes du Vivarais et du Gévaudan. Sa charge couvre les paroisses allant de St Mélany, Prévenchères, Chasseradès, St Flour de Mercoire, Arlempdes, Cros de Géorand, Thueyts les abbayes de Mercoire et de Mazan. Il doit y chasser les brigands.

Nommé Lieutenant Colonel en 1770 pour ‘’services rendus dans cette partie du royaume’’ (il a pris 32 scélérats). Connus sous le nom de ‘’colonel des montagnes’’, son rôle prend fin en 1791. Le banditisme fait place à la révolte politique et eligieuse (chouannerie du Sud-Est). Le général de Chateauneuf de Randon du Tournel prendra alors sa relève.

Marquis de Lemps Commandant pour le roi en Vivarais, serait le supérieur hiérarchique de de la CosteImage

Baron de Serres résiderait à Bourg Saint Andéol.

Pradelles en Vivarais
En 1764, la ville de Pradelles compte un peu plus de 1000 habitants.
Elle est ville fief de Joachim Charles Laure de Montagu, vicomte de Beaune.
Maire : M. Louis Dominique Forestier de Villeneuve
Premier consul : Hyacinthe Forestier seigneur du Besset
Deuxième consul : Louis Gibon avocat

Antoine Souchère : curé de St Etienne de Lugdarès

 



1ère photo (Henri ALLYOT) :
Pradelles, demeure de Jean Bruno Frévol de la Coste située à l'angle de la rue du Portalet et de la rue du Jeu de Paume. Cette maison a été reconstruite vers 1780 sur les décombres de l'ancienne demeure qui a été complètement détruite par un incendie, probablement criminel, en septembre 1778. Au fond à gauche, la porte d'entrée qui donne sur la rue du Portalet.Pradelles



2ème photo (Henri ALLYOT) :

Pradelles, façade de la demeure de Jean Bruno Frévol de la Coste. Cette façade donne du côté de l'église, à gauche la plaque posée en souvenir du plus jeune fils de J.B. Frévol de la Coste :


ICI
EST NE LE 14 JUIN 1775
André Bruno FREVOL de la COSTE
GENERAL D’EMPIRE
AIDE DE CAMP DE NAPOLEON 1ER
TUE AU SIEGE DE SARAGOSSE
LE 1ER FEVRIER 1809.

3ème photo ( Henri ALLYOT) :
Pradelles, ancien immeuble de la rue des Genêts dont l'arrière donne sur la rue Basse.
C'est peut-être le vestige de l'ancienne caserne.