Dès 1763, les 4 Cies de dragons des Volontaires de Clermont sont en garnison à Pradellesportevieille et à Langogne, placés sous les ordre du marquis de Lemps commandant en Vivarais et en Velay.
Sur ordre de M. de Lemps , ils sont mis à disposition de M. de la Coste commandant à Langogne et à Pradelles pour y maintenir l’ordre.

M. de Lemps à M. de la Coste à Pradelles, Tournon , 23 août 1764
"….. il est ordonné à M. de la Coste commandant de Pradelles et Langogne de ne rien négliger pour faire arrêter les brigands et en conséquence il pourra prendre des détachements du Puy des Volontaires de Clermont des dragons en quartier au Pradelles et à Langogne pour parvenir à cette capture …"

En octobre 1764, M. de la Coste recevra des ordres pour chasser la bête féroce dans son canton du Vivarais.

 M. de Serres, bourg St-Andéol, à M. de la Coste à Pradelles, 5 octobre 1764

"….. J’écris aussi à M. le comte du Blaisel commandant à Langogne que vous concilierez avec lui et le commandant à Pradelles ……. J’écris à M. de Blaisel de faire marcher les 4 Cies de dragons s’il est nécessaire, et de voir entre vous les mesures qu’il faudra prendre……"

Publication de M. Lafont à Langognehalle
M. de la Coste de Pradelles, commandant à Langogne, vers le 12 septembre 
"Je crois, Monsieur, devoir vous envoïer un exprès pour vous apprendre qu'il court ici une espèce de monstre qui a déjà dévoré ou blessé cinq personnes dans le Gévaudan et même en Vivarès puisqu'elle a été à Saint Etienne de Ludarès; elle inspire la terreur dans toute la contrée. 
Je fus avant-hier à Langogne où étoit M. de Lafont, il y fit publier et dans tout le Gévaudan qu'il feroit donner deux cents livres à celui qui apporteroit à Mende le corps du monstre et qu'il y avoit la permission générale du port d'arme pendant tout le temps qu'elle existera dans cette partie.
Je crois Monsieur, qu'il est absolument nécessaire que vous promettiès pour le Vivarès la même somme et la chose demande célérité, car ce monstre qui court beaucoup peut faire dans peu, bien du dégat.
Je crois aussi qu'il doit y avoir en Vivarès la même permission généralle que dans le Gévaudan jusques à ce que l'on soit parvenu à tuer le monstre." 

Pour faire face à la situation dramatique en Gévaudan, l’Intendant et le commandant des troupes en LanguedocM. de Moncan, décident de faire intervenir les soldats du Roi.

Le 14 octobre 1764, M. de Moncan charge le capitaine Duhamel de poursuivre le
monstre afin de le détruire rédige un ordre à l’attention des autorités des départements qu’il remet au capitaine.

"…..il est ordonné aux commandants des troupes, des maréchaussées, et aux maires consuls et habitants du Vivarais et de Gévaudan, Velay et des Cévennes de donner à M. Duhamel, capitaine aide major des dragons de Clermont, toute la main forte nécessaire et même de concourir avec lui pour parvenir à détruire le monstre ou léopard qui rôde depuis quelques temps dans les montagnes du Vivarais et du Gévaudan, et qui se tient presque toujours dans le bois du Choisinet. Permettons à cet effet aux maires, consuls, notables et habitants de s’armer, bien entendu M. Duhamel veillera à ce que tout se passe dans le meilleur ordre.
Fait à Montpellier, le 14 octobre 1764.
Signé : Moncan"

Note : L’équipement et l’uniforme des dragons de Clermont présentaient quelques différences avec les dragons du 1er empire présentés ici. Habits et culottes des Volontaires de Clermont était couleur ventre de biche (Ocre jaune), veste rouge sous l’habit. Le casque des cavaliers est en cuivre, sans visière.

Les casernes et les magasins de fourrage de Langogne ont besoin d’entretien :
Duhamel, Langogne le 1er novembre 1764
"…. Je profite du même exprès pour envoyer à M. l’Intendant l’état des réparations urgentes à faire aux casernes d’ici. ……….. je lui parle également des magasins dont j’ai besoin pour renfermer les approvisionnements de fourrage qui sont faits pour la subsistance des chevaux des dragons pendant le cours de cet hyver."

vieuxpDépart du capitaine Duhamel et du détachement de dragons
Jean Baptiste Louis François Boulanger Sr Duhamel est né à Amiens en février 1732. Courant octobre 1764 il commande les 2 Cies de dragons des Volontaires de Clermont qui sont à Langogne. Il a reçu des ordres de M. de Moncan, pour chasser la bête féroce, mais celle-ci est quelque part, on ne sait pas exactement où, du côté de St-Chély depuis un mois.

M. Lafont le 30 octobre 1764
"….. M. Duhamel commandant des troupes qui sont à Langogne, m’a envoyé copie des ordres qu’il (M. de Moncan) lui a donné par lesquels il est autorisé à se transporter dans tout le Gévaudan, pour donner chasse à la bête.
Je lui ai écrit pour lui proposer de placer les deux compagnies de Langogne ou bien un détachement pris sur ces compagnies et sur celles qui sont à Pradelles, à Saint-Chély ou au Malzieu, pour faire de là des courses dans le voisinage sur les avis qu’il recevrait des endroits où on aurait aperçu la bête. Ce qui resterait de troupes à Langogne ou à Pradelles veillerait à la sûreté de ce canton, au cas que la bête y reparût : Car depuis les dernières chasses qui y ont été faites par les chasseurs que j’avais envoyés d’ici ; l’on a rien vu de ce côté là. Et les accidents y ont cessé dès le moment qu’ils ont commencé dans la partie du Gévaudan qui est actuellement affligée."

Capitaine Duhamel à M. Lafont, Langogne, 2 novembre 1764
"… la neige nous laisse enfin le temps de respirer et j’en profite pour avoir l’honneur de vous prévenir, Monsieur, que j’arriverai demain à Mende avec quarante dragons à pieds et quinze à cheval, tous hommes ingambes et bons tireurs. J’aurai l’honneur de vous y rendre mes devoirs, Monsieur, et de prendre tous les éclaircissements que vous voudrez bien me donner pour me mettre à même de réussir dans un projet si intéressant pour le bien publique."

Le 3 novembre 1764 au matin, le capitaine Duhamel quitte Langogne et prend la route de Mende à la tête d’un détachement de dragons choisis. Le 3 novembre au soir ils arrivent à Mende. Le capitaine confère avec M. Lafont et ils décident que le détachement s’établira à St-Chély.

 Confirmation, la bête féroce n’est plus là.
M. Bruguière curé de Langogne à M.eglise
de la Coste à Pradelles, 22 novembre 1764 :
"La nouvelle sur le retour de la bête fauve, monsieur mon cher gouverneur, ne s’est point confirmée, on n’en parle même plus. Les Mrs curés de St-Flour, et de Chaudeyrac à qui je fis passer vos lettres sont trop intéressés à sa destruction our qu’ils ne vous donnent pas avis tout de suite qu’on saura avec certitude sa venue…"

Retour de Duhamel et du détachement des dragons
Duhamel et son détachement ont vainement chassé la bête féroce du côté de St-Chély, notamment fin novembre vers St-Denis, les Laubies et Aumont et du 19 au 23 décembre vers Rimeize et Fau de Peyre.
La bête féroce leur a échappé le 22 décembre dans une forêt près de Beauregard paroisse du Fau.
Le 24 décembre Duhamel reçoit l’ordre de rejoindre ses quartiers à Langogne.

M. de la Coste, 29 décembre 1764
"Le détachement de 56 hommes avec M. du Hamel est arrivé hier sans avoir pu réussir."

Duhamel et son détachement repartiront sur ordre à St Chély où ils arriveront le 10 janvier 1765.

Cette deuxième campagne des dragons n’aura pas plus de succès que la première.
Le 8 avril 1765, M. Duhamel et son détachement quitteront définitivement St-Chély pour rejoindre le régiment des Volontaires de Clermont regroupé à Pont St-Esprit .